cce

Les origines et principes du CCE

Le CCE (Concours Complet d’Equitation) a pour but de tester les capacités du cheval sur plusieurs épreuves : le dressage, le saut d’obstacles et le cross country. Tout comme la plupart des sports équestres, le concours complet nous vient de la tradition militaire. Pendant des siècles, les chevaux capables d’être rapides, agiles, braves et résistants étaient prisés des régiments de cavalerie. Il est donc normal que la première manifestation de ce sport se soit déroulée chez les militaires, à Paris en 1902. Mais ce premier concours différait de celui qu’on connaît aujourd’hui. Il comportait en effet une épreuve de dressage, de saut, du steeple-chase et un raid de 48km. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre Mondiale que le CCE devint également civile. Néanmoins, il fit son apparition aux jeux olympiques dès 1912, et reste aujourd’hui une des trois grandes épreuves équestre de cette manifestation sportive mondiale. Cette année (2016), c’est la France qui a remporté les épreuves par équipe, et Nicolas Astier parvint même à se placer deuxième sur le podium !

Le principe du concours complet est très simple. Il s’agit d’accumuler des points sur les trois épreuves. Sur les petits concours, les épreuves se déroulent toutes dans la journée. Mais sur les plus grandes compétitions, comme les jeux olympiques, il faut une journée par épreuve. Cela est principalement dû au nombre de concourants, mais aussi au fait que plus le niveau est élevé, plus les chevaux ont besoin de repos entre chaque épreuve. Car il s’agit bien de tester les capacités d’un cheval et de son cavalier sur ces trois épreuves ! En somme, on ne change pas de cheval pour avoir un meilleur score !

Organisation et épreuves du CCE

Concernant l’organisation d’un tel concours, elle varie selon le niveau et l’organisateur du concours. A bas niveau, on commence par le dressage, puis par le saut et enfin par le cross. A haut niveau, si on commence toujours par le dressage, c’est le saut qui achève le triathlon. Car il s’agit bien de disputer un triathlon ! Si les juges sont moins exigeants en dressage et en saut, c’est bien parce que ces disciplines sont des sports à part entière. En revanche, le CCE oblige en quelques sortes d’avoir un cheval qui combine plusieurs qualités :

  • obéissance et soumission pour le dressage ;
  • résistance, vitesse et courage pour le cross country ;
  • vitalité après tant d’efforts pour le saut d’obstacles.

Les épreuves sont jugées par points de pénalité. Moins on a de points, plus on est sûr de monter dans le classement. Chaque épreuve a bien sûr ses propres points de pénalité. Pour donner quelques exemples, en cross un refus ou une dérobade donne 20 points de pénalité, un dépassement de temps ajoute 0.4 point par seconde. En saut, un obstacle renversé coûte 4 points. En dressage, chaque phase est jugée par un certain nombre de points, allant jusqu’à 10. Par exemple, pour un pas rassemblé, les juges peuvent donner 8 points à un cavalier, et pour un départ au galop pas très bien réussi, ne lui en donner que 6.3.

dressage cce

L’épreuve de dressage au CCE

cross cce

L’épreuve de cross country au CCE

saut obstacles cce

L’épreuve de saut d’obstacles au CCE

Le cross-country : l’épreuve la plus complexe du complet

La nouveauté du CCE est sans aucun doute le cross country. Le but ici est d’enchaîner dans un temps imparti, une série d’obstacles fixes ou naturels. Il ne s’agit donc pas de simples barres posées en hauteur. On rencontre ainsi des tonneaux, des maisons, des gués, etc. Cette épreuve se déroule en pleine nature, sur un terrain varié : sol sec, humide, caillouteux, etc. Le parcours est composé d’une trentaine d’obstacles répartis sur 7 km environ. Il doit être fait en 10 minutes environ, ce qui oblige agilité, vitesse et endurance. Le couple cavalier-cheval doit être de confiance car les obstacles, souvent placés dans des endroits compliqués, demandent du courage de la part du cheval.

Le cross est jugé comme étant une des disciplines les plus dangereuse dans les sports équestres. En effet, sur des sols si accidentés et en pleine nature, les accidents ne sont pas rares. De plus, avec les obstacles qui ne tombent pas, il arrive parfois que les chevaux et leur cavalier se fassent très mal.  Mais aujourd’hui, de plus en plus d’équipements permettent aux concourants de minimiser les risques, et les innovations n’ont pas fini de nous étonner !

CCE gué cross

Pour conclure

Le CCE est vue comme l’épreuve la plus complète et la plus révélatrice de talents par la Fédération Equestre Internationale. Cependant, il s’agit d’un sport dangereux qui n’est pas accessibles à des cavaliers de bas niveau. Généralement, les concours complets sont ouverts dès le galop 5, permettant ainsi de minimiser les risques d’accidents. A rayonnement international, ces concours permettent de tester les capacités des chevaux et de leur cavalier sur des épreuves très variées, demandant ainsi un entraînement important et un couple très solide.

Je suis une jeune cavalière, passionnée du cheval depuis mon plus jeune âge. J'ai rejoint l'équipe de My Horse Family afin d'aider à la démocratisation du monde équin grâce à ma formation en communication numérique.

Catégories : Disciplines

Megane

Je suis une jeune cavalière, passionnée du cheval depuis mon plus jeune âge. J'ai rejoint l'équipe de My Horse Family afin d'aider à la démocratisation du monde équin grâce à ma formation en communication numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez avoir un cheval ?

Découvrez la solution faite pour vous sur

enfant cheval