métiers

Les métiers des soins aux chevaux

Le cheval est un animal assez fragile, c’est pourquoi plusieurs personnes interviennent autour de lui afin de lui prodiguer les soins indispensables à son bon développement :

  • Le palefrenier : il ne se contente pas seulement de nettoyer les boxs, mais apporte aux chevaux une attention particulière et permet bien souvent de déceler une maladie ou une blessure. Le palefrenier est toujours en contact avec les chevaux. Son travail consiste à s’en occuper : nourriture, nettoyage des boxs, pansage, etc. Pour exercer cette profession, le plus important est d’avoir une bonne connaissance du cheval. Plusieurs diplômes sont aussi envisageables : BPA, CAPA, Ecole Nationale des Haras.
  • Le maréchal-ferrant : son travail est de ferrer les chevaux. Rien de plus simple me direz-vous ? Non puisque chaque fer doit être adapté aux pieds du cheval ! Le maréchal-ferrant doit donc prendre les mesures du pied du cheval, savoir également quel genre de travail on lui demande mais aussi sur quels sols il est susceptible de marcher afin d’adapter correctement le fer à son pied. 2 ans d’études sont nécessaires pour exercer ce métier qui demande de bonnes connaissances en hippologie (science des chevaux).
  • Le vétérinaire : inutile de vous expliquer à quoi sert un vétérinaire. Sachez toutefois que dans le milieu du cheval, ce dernier est souvent appelé en cas d’urgence, et non pour un petit bobo qu’un palefrenier ou la personne en charge de l’écurie pourra soigner. Cette profession n’est accessible qu’après de longues études, et il est même conseillé de se spécialiser dans les chevaux pour ceux qui veulent exercer auprès de ces bêtes.
  • Le dentiste équin : les dents sont d’une importance capitale chez le cheval et depuis sa domestication, on accorde une attention particulière à cela. Puisque les dents poussent tout le temps et que le cheval broute moins de nos jours, le dentiste permet de faire un suivi des possibles blessures ou usures de la bouche. Ce métier s’apprend dans les écoles vétérinaires.

maréchal-ferrant métiers

Les métiers d’élevage et de vente

  • Éleveur de chevaux : est considéré comme éleveuse une personne ayant eu au moins une jument poulinière dans l’année, mais ce métier est bien plus complexe que cela ne laisse paraître. Un bon éleveur doit, en plus de bien connaître les chevaux, avoir aussi des compétences en gestion de pâturages, agriculture, soins aux chevaux, gestion d’entreprise, etc. De plus, il doit connaître sur le bout des doigts la ou les races qu’il élève et savoir quelle genre de lignée il souhaite voir s’améliorer et pour quelles raisons. Ce métier est accessible avec des formations agricole et l’expérience est primordiale !
  • Marchand de chevaux : ce métier se perd de plus en plus puisque la vente de chevaux entre particuliers se fait de plus en plus. Quoi qu’il en soit, les maquignons existent toujours et vous pouvez vous lancer dedans si vous avez de solides connaissances dans les chevaux ! Car pour bien vendre un cheval, il faut le connaître !

éleveur métiers

Les métiers de travail du cheval

  • Moniteur d’équitation : Les moniteurs apprennent aux cavaliers à monter. Pour y avoir accès, il faut avoir les 7 premiers galops et passer en plus le galop de monitorat dans un centre équestre. De plus, les moniteurs ne se contentent pas d’enseigner, bien souvent ils ont à leur charge les chevaux du centre équestre dont ils doivent également s’occuper, sans compter l’organisation de concours et des examens pour les jeunes cavaliers !
  • Entraîneur : il permet de muscler le cheval et de le dresser en fonction de la discipline dans laquelle le propriétaire souhaite faire évoluer son animal. Cela peut tout aussi bien être les courses que le CSO ou les CCE (Concours Complets d’Equitation). Un entraîneur sait d’instinct si un cheval est fait pour telle discipline ou pour telle autre. Il aura un lien particulier avec lui durant tout son entraînement et a une grande importance dans les futures victoires du cheval.
  • Cavaliers professionnels : ce métier n’a que peu d’élus malheureusement. Peu de cavaliers parviennent à vivre de leur passion, notamment lorsqu’on s’éloigne du monde des courses. Peu de professionnels ont la chance de participer à des compétitions de renommées mondiales ou simplement nationales (JO, CCI, Championnats de France ou d’Europe, etc) et de les gagner en prime ! Les jockeys et drivers ne sont pas non plus à l’abri du besoin puisque leur salaire dépend en grande partie de leurs performances. Ajoutons à cela que la pratique de l’équitation en tant que cavalier professionnel ne se fait pas sans en avoir le niveau : Galop 7, entraînements tous les jours, Ecoles de Jockey, etc.

jockey métiers

Pour conclure

Il y a de nombreux métiers dans la filière équine, qui est toujours en recherche de main d’oeuvre, mais ils ne sont pas tous très faciles d’accès. Ajoutons à cela que tous demandent une grande connaissance de l’animal, qui exige des années de pratique d’équitation (montée ou non). De plus, peu de professionnels du cheval parviennent réellement à vivre tranquillement de leur passion. Seul un travail acharné, sans week-end ni vacances permet vraiment de pouvoir vivre de son métier.

Je suis une jeune cavalière, passionnée du cheval depuis mon plus jeune âge. J'ai rejoint l'équipe de My Horse Family afin d'aider à la démocratisation du monde équin grâce à ma formation en communication numérique.


Megane

Je suis une jeune cavalière, passionnée du cheval depuis mon plus jeune âge. J'ai rejoint l'équipe de My Horse Family afin d'aider à la démocratisation du monde équin grâce à ma formation en communication numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous souhaitez avoir un cheval ?

Découvrez la solution faite pour vous sur

enfant cheval